Recherche sur le blog:
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Actualité RH
Ça nous a plu
Cooptation
En avant
Non classé
Notre actualité
Parcours de Coopteurs
Parole de coopteurs
Parole de recruteur
Parole de RH
Press
Presse

Cabinet de recrutement : vers une uberisation?

Par Keycoopt • Le 18.01.2016 • Catégorie : Actualité RH

Le cabinet de recrutement n’échappe pas au phénomène d’uberisation

L’évolution de l’entreprise et du management, l’arrivée de nouveaux acteurs, l’apparition de nouvelles solutions disruptives, contribuent à faire évoluer les pratiques en la matière. Acteur traditionnel de ce secteur, le cabinet de recrutement tel qu’on le connaissait jusqu’à maintenant est-il en voie d’extinction ?

 

L'Expansion consacrait récemment un dossier complet sur l'uberisation

L’Expansion consacrait récemment un dossier complet sur l’uberisation de tous les secteurs.

« Tout le monde commence à craindre de se faire uberiser. C’est l’idée qu’on se réveille soudainement en découvrant que son activité historique a disparu. » C’est le publicitaire Maurice Lévy qui déclarait cela fin 2014 dans une interview au Financial Times, reprise par un article de La Tribune. Le sujet est particulièrement à la mode. L’uberisation traduit une peur*. Celle d’acteurs traditionnels et bien implantés de voir arriver sur leur marché des nouveaux venus qui bouleversent leur modèle de rentabilité.

 

Pas d’exception pour le recrutement

Les transports, l’hôtellerie, la formation, la banque et l’assurance, le conseil juridique sont touchés par ce phénomène. Le recrutement n’est pas en reste. Pas une semaine ne passe sans qu’apparaisse une solution nouvelle, généralement digitale, basée sur l’utilisation des réseaux sociaux, ou sur le recours aux algorithmes et au big data. Keycoopt s’inscrit dans la lignée de ces solutions en cherchant, comme elles, à changer la donne dans ce secteur.

 

Le modèle du cabinet de recrutement bousculé

Le cabinet de recrutement traditionnels aurait-il donc du souci à se faire ? Le modèle, c’est certain, est aujourd’hui bousculé par l’arrivée de ces disrupteurs. Deux articles illustraient récemment cet état de fait. Le premier, publié cet été sur le site de L’Express, donnait la parole aux DRH déçus des cabinets et préférant se tourner vers les nouveaux outils disponibles pour internaliser la fonction. En cause ? Un certain manque de réactivité, des problèmes soulevés quant à la qualité de l’évaluation des candidats, une incapacité à cerner les besoins et la culture de l’entreprise, et enfin un coût trop élevé. Plus récemment, une chronique de Xavier Oliel (LinkedIn France) sur le Journal du Net, appelait les cabinets à se réinventer en utilisant les réseaux sociaux.

 

A l’origine de ces transformations : la digitalisation

Alors ? Les cabinets par approche directe sont-ils en voie de disparition ? La réponse est non, bien sûr, mais leur modèle doit évoluer. Ces structures pourraient par exemple se concentrer sur des missions très particulières ou des profils spécifiques. On pourrait imaginer également qu’elles deviennent peu à peu comme des agents au service de talents qu’elles seraient appelées à suivre tout au long de leur carrière. Pourquoi pas. Mais l’enjeu véritable pour un cabinet de recrutement, comme pour tous les acteurs du recrutement, n’est pas tant de contrer l’arrivée des nouveaux entrants, que de s’adapter à la transformation numérique – ou digitalisation – des entreprises et du travail. Il faut lire cet article de Jean-Baptiste Audrerie sur la « digital workplace », qui explique de manière assez complète les changements à l’œuvre au sein des entreprises et dans notre rapport au travail. Il y est question de connexion, de réseau, d’autonomie et d’engagement.

 

Une opportunité pour toute la fonction RH

Au-delà du cabinet de recrutement, c’est toute la fonction RH qui se fait uberiser. Elle ne doit pas craindre, mais embrasser cette transformation. La digitalisation ouvre en effet des perspectives nouvelles et nombreuses. Tout recruteur dispose aujourd’hui d’une panoplie d’outils lui permettant de tirer directement partie de la puissance du réseau, en interne en sollicitant les collaborateurs de l’entreprise, ou en externe auprès de ses relations et partenaires. Loin de les négliger, ces outils développent au contraire les aspects humains et favorisent l’instauration d’une vraie relation, notion capitale dans cette activité. Dans ce contexte, le recrutement devient l’affaire de tous, rendant aux RH leur rôle stratégique de chef d’orchestre.

 

* Lire aussi sur le sujet l’article de Philippe Silberzahn, professeur à l’EMLYON et chercheur associé à l’Ecole Polytechnique (CRG).

 

Partagez cet article

Déposez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les commentaires

Hassania   14 mai 2018

ageelink.com Cet article est clair et pertinent dans un sujet d'actualité. Les mutations et les changements de forces entre les clients et les fournisseurs doivent être pris en compte dans une tendance générale qui est l'tubérisation. Les secteurs sont principalement touchés par ce phénomène. Qu'en pensez-vous?

Cabinet de recrutement : vers une uberisation ?...   10 mars 2016

[…] Transports, hôtellerie, formation, banque. L'uberisation est le sujet à le mode dans tous les secteurs. Le cabinet de recrutement est aussi touché.  […]

Palacios   16 septembre 2015

Merci pour cet article passionnant qui en dit long sur notre avenir en tant que cabinet de recrutement. Je ressens profondément ces mutations à venir à travers le comportement de mes clients, je pensais que cette attitude était "régionale" mais il s'agit bien d'une tendance générale... Sophie (www.abp-recrutement.fr)