Recherche sur le blog:
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Actualité RH
Ça nous a plu
Cooptation
En avant
Non classé
Notre actualité
Parcours de Coopteurs
Parole de coopteurs
Parole de recruteur
Parole de RH
Press
Presse

Le blog Keycoopt

Besoin d’infos sur le recrutement par la cooptation et les ressources humaines ?

Cinq conseils pour être plus assertif !

Par Benjamin Van Hyfte • Le 30.05.2017 • Catégorie : Actualité RH, Ça nous a plu, En avant

assertifEtre assertif : voilà une devise que les managers ont beaucoup entendue ces dernières années ! Dans la prise de décision ou la gestion des conflits, l’assertivité est toujours présentée comme une attitude exemplaire. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Et comment peut-on développer concrètement son assertivité ?

Issu de la psychologie, et ensuite appliqué dans le management, le comportement assertif consiste à « s’exprimer et défendre ses convictions et ses droits sans empiéter sur ceux des autres ». Le concept est pertinent, notamment pour une équipe enlisée dans un conflit, et qui ne parvient plus à s’entendre sur la moindre décision. Mais, avant de décrire le comportement assertif en détail, revenons sur les attitudes à bannir dans les moments délicats

En effet, dans une situation conflictuelle, les membres d’une équipe ont tendance à adopter des attitudes négatives. Elles sont souvent dues au stress ou à un manque de confiance en soi. Voici les trois principales :

1 – La passivité (ou « attitude paillasson ») 

Sous pression, certaines personnes vont se mettre en retrait de la discussion. Elles ne proposent plus de solution, et valident les décisions du groupe sans être d’accord. On peut devenir passif afin d’être bien vu, de faire plaisir, ou d’éviter à tout prix le conflit. La passivité exprime aussi une peur de prendre une mauvaise décision, et d’en avoir ensuite la responsabilité.

 

2 – L’agressivité (ou « attitude hérisson »)

Reprendre un comportement autoritaire quand le compromis tarde à venir. L’agressivité peut se manifester de plusieurs manières : coup de gueule, attaques ad hominem, moquerie, etc. Certaines personnes adoptent un comportement agressif par peur de n’obtenir aucun résultat autrement. Orgueil, besoin de se faire respecter, peur d’être « arnaqué » par les autres : voilà quelques raisons, parmi d’autres, qui conduisent à l’agressivité.

 

3 – La manipulation (ou « attitude polisson »)

La manipulation consiste à jouer un rôle pour arriver à ses fins. Il peut s’agir de flatterie, ou de mensonge sur certains faits. On a recours à la manipulation pour gagner du temps, ou par envie de dominer. Le fait de mentir pour avoir gain de cause traduit aussi un manque de confiance en soi, puisqu’on se croit incapable de convaincre les autres par des arguments sincères.

 

Aucune de ces pratiques, à long terme, ne peut mener à des relations constructives. Ces attitudes produiront toujours de la frustration ou des malentendus. Le comportement assertif, au contraire, bâtit des rapports de travail plus sains, puisqu’il permet de comprendre les avis de chacun, tout en affirmant ses propres convictions.

Plus facile à dire qu’à faire ? Peut-être. Il existe cependant des moyens concrets de développer un comportement assertif.

 

Voici cinq bonnes pratiques à mettre en oeuvre dès que vous aurez à gérer un conflit !

 

1 – Ecouter les opinions de chacun : on entend par là une écoute active. Après que vos collègues se soient exprimés, vous devez être capable de reformuler leur point de vue avec vos propres mots. Ça semble évident, mais l’écoute active n’est pas si simple. Sous pression, nous avons tendance à préparer nos arguments plutôt que d’écouter les échanges.

 

2 – Mobiliser son énergie : pour écouter et saisir les enjeux d’une discussion, il faut être présent mentalement. Ne soyez pas dispersé, ne pensez pas à votre prochain rendez-vous : restez concentré et en forme !

 

3 – Rester factuel : Pour convaincre, ne soyez pas vague et ne vous cantonnez pas à des opinions. Appuyez-vous sur des faits, ou sur des expériences que vous avez vécues. Cela permettra aux autres de comprendre votre raisonnement. 

 

4 – Rester bienveillant : Évitez les règlements de comptes. Soyez attentif à votre choix de mots et à votre langage corporel. Exprimez votre conviction (utilisez le « je ») plutôt que d’attaquer personnellement ceux avec qui vous êtes en désaccord. 

 

5 – Savoir dire non : si l’on reste serein et précis sur notre refus, dire « non » est une vraie qualité, et fait partie du comportement assertif. N’ayez pas peur de blesser ou d’être mal vu : il faut savoir poser ses limites. Si vous ne parvenez pas à dire « non », vous prendrez des engagements que vous ne serez pas en capacité de tenir. 

 

Etre assertif est le premier pas pour bâtir des relations de travail constructives. Pour la suite, on vous propose de découvrir des entreprises qui ont innové, avec succès, pour restaurer la confiance dans leurs équipes !

Source: Intervention d’Alexis Roquette, Directeur Associé de Quintesens

Partagez cet article

Déposez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.