Recherche sur le blog:
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Actualité RH
Ça nous a plu
Cooptation
En avant
Les offres de la semaine
Non classé
Notre actualité
Parcours de Coopteurs
Parole de coopteurs
Parole de recruteur
Parole de RH
Presse

Le blog Keycoopt

Besoin d’infos sur le recrutement par la cooptation et les ressources humaines ?

Comment attirer et recruter un Millennial ?

Par Charlotte Roussel • Le 13.12.2018 • Catégorie : Actualité RH

comment-attirer-et-recruter-des-millennials

D’ici 2020, selon l’Insee, les Millennials représenteront 50% de la population active … et près de 75% en 2025 !

Ces profils, âgés de 24 à 35 ans représentent, malgré certains préjugés, une réelle chance pour les entreprises pour penser leur pérennité mais encore faut-il savoir les attirer puis les recruter ! C’est une problématique à laquelle se retrouvent confrontés de plus en plus de recruteurs qui peinent à enclencher le dialogue avec cette génération.

Pourtant, contrairement aux idées reçues, c’est bien aux recruteurs de donner envie aux Millennials de rejoindre l’entreprise et pas nécessairement l’inverse. Pour vous aider, nous vous proposons de faire le point sur les attentes de ces nouvelles générations et sur les solutions à votre portée pour les attirer, les recruter et les fidéliser.

Les Millennials : késako ?

Il existe plusieurs définitions des Millennials. Nous avons pris le parti de nous baser sur celle de Deloitte [1] qui distingue Millennials / Génération Y et Génération Z. Pour vous aider à y voir plus clair, voici une petite synthèse :

  • La génération Y concerne des personnes âgées de 18 à 35 ans.
  • Les Millennials sont compris dans les générations Y. Ces profils sont nés entre janvier 1983 et décembre 1994. Ils sont âgés de 24 à 35 ans.
  • La génération Z est née entre janvier 1995 et décembre 1999. Ces personnes sont âgées de 19 à 23 ans.

Que recherchent les Millennials … et comment s’y adapter en tant que recruteur ?

1. Un salaire attractif !

Commençons par le plus simple : même si les Millennials ont d’autres priorités, un bon salaire reste pour eux un des premiers facteurs de motivation, selon une étude menée par OpinionWay pour l’ADP [2] .

 

2. Une bonne qualité de vie au travail !

Même si le salaire est important pour eux, les Millennials privilégieraient le bien-être au travail sur la rémunération. 67% seraient d’ailleurs attentifs à la culture d’entreprise [3]. Et 72% seraient prêts à faire des concessions significatives dans ce domaine pour obtenir de meilleures conditions de travail. 4]. 

À vous de jouer : développez (si ce n’est pas déjà fait) une « démarche bien-être » au sein de votre entreprise. Cela peut passer par la proposition d’activités sportives, d’événements… ou de locaux attractifs et adaptés ! Encouragez aussi les initiatives personnelles des jeunes arrivants pour qu’ils puissent prendre leurs marques… et se sentir comme chez eux au sein de leur nouvelle entreprise !

 

3. Du sens !

Pour être pleinement impliqués et productifs, les Millennials ont besoin de croire en leur travail et que celui-ci corresponde à leurs valeurs. Selon une étude, 59% des 18-35 ans estiment primordial d’exercer une activité dans laquelle ils se sentent utiles à la société [5]. 56% d’entre eux refuseraient d’intégrer une entreprise en raison de valeurs divergentes [6].

À vous de jouer : optez pour plus de transparence ! Il est important d’expliquer aux Millennials « le pourquoi du comment ». Les intégrer dans un processus sans leur expliquer les applications concrètes et sans valoriser leur impact dans l’organisation est le meilleur moyen de les démotiver.

De plus, travaillez votre marque employeur pour que votre entreprise soit plus attractive aux yeux des Millennials. Veillez à intégrer et à promouvoir notamment des initiatives en matière de formation, de perspectives de carrière ou encore de politique de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE). Ce dernier point est important puisque, selon un sondage mené en 2016, 46% des Millennials considèreraient la RSE comme un facteur déterminant dans le choix d’un employeur.

 

4. Ne pas s’ennuyer et gagner en compétences !

Il est loin le culte voué aux CDI ! Les Millennials ont à cœur d’éviter l’ennui et la routine, ce qui peut passer par une diversité de missions … ou d’expériences professionnelles ! Ils souhaitent apprendre au quotidien et se challenger pour gagner en compétitivité et en performance. 32% des Millennials attendent ainsi de leur entreprise qu’elle leur délivre des compétences [7].

À vous de jouer : il ne tient qu’à vous de mettre toutes les chances de votre côté.  Offrez à ces collaborateurs des opportunités et permettez-leur de travailler sur plusieurs projets, au sein de différentes équipes, pour varier les plaisirs et acquérir de l’expérience au contact de profils enrichissants. Enfin, proposez-leur aussi des perspectives d’évolution. Et des formations pour qu’ils prennent conscience que votre entreprise leur permet de développer leur employabilité sur le long terme.

 

5. La fin de la hiérarchie !

Exit la hiérarchie classique pyramidale. Aujourd’hui les Millennials perçoivent l’organisation de manière horizontale. Un N+12 ne les impressionnent plus et ils ne voient pas non plus d’un très bon œil les privilèges et autres avantages. Au contraire, ils apprécient de travailler avec un supérieur à l’aise avec les nouvelles technologies, les dernières applications, et capable d’échanger avec chacun de ses employés, quelle que soit leur place au sein de l’entreprise.

À vous de jouer : misez sur le relationnel ! Ces profils accordent plus d’importance aux relations interprofessionnelles que les précédentes générations. Aussi, veillez à ce qu’ils puissent tisser de vraies relations au sein de l’entreprise. Vous pouvez, pour cela, compter sur les techniques traditionnelles de teambuilding ou autres activités fédératrices en équipes.

 

6. Être managés différemment !

Les Millennials aspirent à un management adapté à leurs attentes avec notamment une plus grande flexibilité dans leur organisation du travail. 44% jugent ainsi importante la flexibilité des horaires. Et 31% seraient prêts à quitter leur entreprise d’ici 2 ans faute de flexibilité [8].

Il est essentiel pour eux d’avoir du temps pour pouvoir se consacrer à d’autres projets (professionnels, personnels, associatifs, etc.). Enfin, la reconnaissance du travail effectué est primordiale. Selon une étude, 50% des Millennials envisageraient d’abandonner leur emploi actuel faute de reconnaissance suffisante.

À vous de jouer : quel meilleur ambassadeur pour un poste dans une entreprise qu’un salarié qui s’y plaît ? À cet effet, offrez davantage de flexibilité à vos jeunes collaborateurs et permettez-leur, dans la mesure du possible, de travailler d’où ils veulent, au rythme qui leur convient le plus. De plus, nous vous conseillons de mettre en place des feedbacks permanents puisqu’ils apprécient d’obtenir des retours rapides sur le travail effectué pour progresser et s’adapter si besoin.

Le point de vue d’Antoine Perruchot, co-fondateur de Keycoopt

attirer-et-recruter-un-millennial« Selon moi, il y a quatre points à ne pas négliger pour attirer et recruter un Millennial au sein de son entreprise.

En premier lieu, il faut leur proposer des missions variées, par le biais notamment de projets transverses, et leur permettre d’échanger avec différents interlocuteurs et de s’impliquer sur plus de sujets.

En second lieu, il est important de leur accorder de l’autonomie et de la confiance. Et leur permettre, grâce à un management adapté avec une posture de « coach », de se développer aussi bien sur le plan professionnel que personnel. Pour moi, ces deux points sont intrinsèquement liés.

Troisièmement, il est aussi nécessaire de leur offrir des conditions de travail souples et adaptées.

Enfin, quatrièmement, il est primordial que les Millennials puissent travailler dans un environnement où les prises de décision sont rapides et expliquées.

Mais pour que ces initiatives fonctionnent et perdurent il faut qu’elles s’intègrent dans une stratégie sincère et alignée. En d’autres termes, que ces partis pris ne soient pas qu’une façade mais se ressentent en interne. C’est bénéfique pour les entreprises qui peuvent avoir du mal à attirer et recruter des Millennials. Conscient de l’attrait qu’ils représentent pour les entreprises, ces profils sont « en position de force » et se permettent alors d’être exigeants dans leur choix d’entreprise. Toutefois, c’est aussi à nous en tant que recruteurs de faire preuve de professionnalisme et d’agir comme nous pouvons l’être « pour n’importe quel recrutement ». Et à être attentif : un profil exigeant n’est pas nécessairement compétent. »

 

Millennials / recruteurs … une collaboration à travailler !

En conclusion, aujourd’hui il est parfois difficile pour les Millennials et les entreprises de se comprendre et de dialoguer. Si les recruteurs ne doivent pas perdre en exigence, ils ont aussi tout intérêt à s’adapter à ces nouvelles générations. Contrairement aux idées reçues, celles-ci sont prêtes à s’investir durablement dans une entreprise si on prête attention à leurs différences et à leurs attentes.

À bons entendeurs, faites le nécessaire et … préparez-vous ! Après les Millennials, les générations Y et Z, ce seront bientôt les « Alpha », ou génération née dans les années 2010, qui arriveront sur le marché du travail. Une génération encore plus férue d’écrans et pas nécessairement d’autorité 😉

 

 

[1] Selon l’étude menée par Deloitte en 2018 : « The Millennial Survey ».

[2] D’après l’étude « The Workforce View in Europe 2018 » menée par Opinion Matters pour le compte d’ADP. Près de 10 000 adultes actifs dans 8 pays européens ont été interrogés concernant leur sentiment vis-à-vis de l’avenir du travail.

[3] D’après l’étude menée par Deloitte en 2018 : « The Millennial Survey ».

[4] Selon l’étude Ipsos/BCG menée en 2016.

[5] D’après l’étude menée par Générations Cobayes et Bloomin sur les sources de bonheur des 18-35 ans.

[6] [7] [8] Selon l’étude « The Millennial Survey », menée par Deloitte en 2016.

 

Partagez cet article

Déposez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.