Recherche sur le blog:
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Actualité RH
Ça nous a plu
Cooptation
En avant
Non classé
Notre actualité
Parcours de Coopteurs
Parole de coopteurs
Parole de recruteur
Parole de RH
Press
Presse

Faire appel à un freelance : pourquoi ça plaît aux entreprises

Par Charlotte Roussel • Le 06.09.2018 • Catégorie : Actualité RH

 

Faire_appel_travailleurs_en_freelance

Internaliser ou externaliser est depuis longtemps une question stratégique fondamentale pour les entreprises. Ces dernières années, la culture du travail nomade s’est largement démocratisée. On compte aujourd’hui près de 830 000 travailleurs en freelance en France, soit une augmentation de 126% en un an. En Europe ils sont 9 millions [1].

Les entreprises s’y adaptent et plébiscitent de plus en plus ces types de profil, au détriment de CDD ou CDI, en vue de dénicher LA perle rare. Mais le recours à une personne en freelance présente d’autres avantages pour l’employeur !

Le freelancing : késako ?

Les freelances sont des électrons libres recrutés pour compléter une équipe ou bien exécuter une tâche en solo. Ils sont sollicités lorsque l’entreprise ne dispose pas des compétences ou savoir-faire en interne. Ou en cas de renforcement temporaire d’activité. Ils peuvent travailler au sein de la structure ou bien à distance.

Opter pour des travailleurs en freelance : un système porteur

Selon la récente étude « Le freelancing en France en 2017 : freelances et fiers de l’être » [2], le statut de travailleur en freelance a explosé. En l’espace de 10 ans, le nombre de consultants, développeurs, graphistes et experts marketing freelance a par exemple été multiplié par 3.

Parmi les travailleurs non-salariés interrogés, 90% ont opté pour ce mode de travail par choix. Et 88% d’entre eux estiment que leur activité « répond à un besoin d’indépendance ».

Les entreprises sont de plus en plus séduites par ce type de profil, notamment les entreprises du Fortune 500 (le classement des 500 premières entreprises américaines, répertoriées selon l’importance de leur chiffre d’affaires, réalisé par le magazine Fortune). Elles ont cette année confié aux freelances 26% de projets de plus que l’année dernière [3].

Quels avantages pour l’entreprise ?

1. Plus d’agilité :

79% des dirigeants d’entreprises concèdent que travailler avec des freelances est un avantage compétitif pour leur organisation, citant l’agilité comme premier bénéfice [4]. En effet, ces entreprises seraient plus perméables à l’arrivée de nouvelles connaissances et méthodes. La présence de tels profils les inciterait à adopter un management favorisant l’autonomie, la créativité et les responsabilités. Pour Vincent Huguet, cofondateur de la plateforme Malt, c’est non seulement « ce à quoi aspirent les indépendants, mais aussi les salariés, qui rejettent de plus en plus la hiérarchie et le travail morcelé. »

 

2. Plus de qualité :

Parce qu’ils ont travaillé avec différents clients sur des problématiques variées, les travailleurs en freelance sont experts de leur sujet.

 

3. Plus de flexibilité / réactivité :

Recruter des travailleurs indépendants permet à une entreprise d’avoir les ressources nécessaires uniquement lorsqu’elle en a réellement besoin. Tout dépend bien évidemment des profils recherchés, certains restent pénuriques et très demandés, notamment dans les métiers du numérique. C’est pourquoi des plateformes, telles que Malt, existent pour mettre en relation les freelances et les entreprises.

De plus, la force d’une partie de ces profils est de savoir collaborer avec des équipes et des profils variés et de s’adapter à la culture de chaque entreprise qu’ils rejoignent. D’autres choisissent, quant à eux, ce statut parce qu’ils souhaitent travailler seuls.

 

4. Plus de compétitivité :

Comparé à des prestataires extérieurs, les freelances permettent de ré-internaliser de nouveau certaines activités, y compris lorsque l’entreprise ne dispose pas des compétences en interne. De plus, autre avantage, les freelances se tiennent informés des nouveautés dans leur secteur et se forment en continu. Afin de rester attractifs dans un environnement très concurrentiel.

Les freelances peuvent aussi permettre de faire monter en compétences les collaborateurs de l’entreprise, notamment lorsqu’ils ont pour mission de collaborer avec les salariés et de partager avec eux les savoirs et compétences dont ils sont les spécialistes.

 

Le cas de Keycoopt – Hugo, ancien développeur en freelance

Faire_appel_freelances_en_entreprise« Avant d’arriver chez Keycoopt j’étais freelance depuis près d’un an et demi. La société a fait appel à mes services pour le développement de leur solution. J’ai vite été emballé par le projet. En parallèle, je souhaitais aussi travailler en équipe, c’est quelque chose qui me manquait depuis un moment.

Alors quand keycoopt m’a proposé de rester durablement dans l’entreprise, et d’être embauché, j’ai vite accepté. Concrètement, cela me permet de travailler dans une bonne ambiance – ce qui est rare aujourd’hui on ne va pas se mentir – de m’engager sur un projet sur le long terme (et de ne pas enchaîner différents projets) et aussi de continuer à progresser. Il y a un vrai phénomène d’émulation : j’apporte aux autres mais les autres m’apportent aussi. Que du positif en somme. »

Selon son manager Ronan, Chief Technical Officier (CTO), l’intégration d’Hugo a été une évidence : « J’ai apprécié le professionnalisme et le travail d’Hugo. Le courant passait bien avec l’équipe. Tout naturellement nous lui avons proposé de rester pour travailler sur le long terme avec nous. »

 

En conclusion, les travailleurs en freelance ont beaucoup à apporter aux entreprises et inversement ! Ces profils contribuent à la performance de l’entreprise par l’apport de compétences et de savoir-faire qui n’étaient jusqu’alors pas présents en interne. Pour plus d’agilité, de qualité, de flexibilité, etc.

Mais le recrutement de freelances peut aussi se muer pour une entreprise en stratégie de recrutement sur le long terme. Pour les intégrer durablement dans l’équipe. Cela peut être un sérieux avantage compétitif, notamment pour la rétention de talents dans des secteurs pénuriques (le digital par exemple).

 

[1] ² Selon l’étude « Le freelancing en France en 2017 : freelances et fiers de l’être » réalisée en 2017 par Malt et Ouishare.

[3] Selon l’étude de Corporaal, G.F., & Lehdonvirta, V. pour l’Oxford Internet Institute parue en 2017 « Platform Sourcing: How Fortune 500 Firms are Adopting Online Freelancing Platforms ».

[4] Mavenlink study 2017.

 

Partagez cet article

Déposez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.