Recherche sur le blog:
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Actualité RH
Ça nous a plu
Cooptation
En avant
Les offres de la semaine
Non classé
Notre actualité
Parcours de Coopteurs
Parole de coopteurs
Parole de recruteur
Parole de RH
Presse

Le blog Keycoopt

Besoin d’infos sur le recrutement par la cooptation et les ressources humaines ?

Génération Y et Z : petit guide à l’usage des managers

Par Benjamin Van Hyfte • Le 06.12.2017 • Catégorie : Ça nous a plu

Présentation de la génération Y et Z par Alexis RoquetteLe 24 Novembre, les collaborateurs de BATKA* ont pu assister à une présentation sur le thème « Génération Y… Et Z ! » animée par Alexis Roquette, consultant chez QuinteSens. L’occasion de revenir sur le portrait, parfois réducteur, que l’on dresse des membres de ces deux générations. Cet article se propose d’établir les principales caractéristiques des Y et des Z, et ce que cela implique pour les entreprises.

Bien sûr, un individu n’est pas réductible à sa date de naissance. Chaque personne est unique dans sa manière de fonctionner et de travailler en entreprise. Mais chacun est aussi, en partie, le produit de son époque, et les membres d’une génération peuvent se retrouver autour d’un héritage commun et de revendications communes.

Découvrir les traits de personnalités majoritaires dans une génération est instructif, car cela permet de mieux comprendre les aspirations des jeunes professionnels. En l’occurrence : plus de flexibilité, plus d’autonomie, et un besoin de comprendre le sens de leur mission. Des exigences qui créent parfois des malentendus, et des couacs avec les N+1 de la génération précédente.

La différence entre génération Y et Z

Génération Y : les digital-natives

Génération Y : les digital-nativesLes Y sont nés entre 1980 et 1995. Ils ont grandi avec l’avènement du digital, le passage à l’euro… et Pokémon ! Si on le prononce à l’anglaise, le Y désigne aussi la génération « WHY » : un nom approprié pour une génération en quête de sens dans son travail. Bien sûr, de tous temps, l’être humain a voulu s’épanouir. Mais l’idée d’épanouissement par le travail est plus marquée chez les moins de quarante ans.

Si l’on veut dénigrer les Y, on dira qu’ils sont « insatisfaits », « impatients », « individualistes »… Qu’ils sont connectés en permanence, ce qui entraîne chez eux une « tendance au zapping » et un « manque de concentration ». On leur reprochera un manque de fidélité envers leurs employeurs. Enfin, vous entendrez parfois leur manager dire : « A leur âge, j’étais pareil, mais j’ai bien fini par rentrer dans le rang ».

Mais, au-delà de ce portrait quelque peu négatif, on dira de la génération Y qu’elle est curieuse, pragmatique… Qu’elle est très impliquée dans son travail, à condition d’en voir le sens. Les Y sont aussi capables de s’adapter à un environnement en constante évolution. Une étude Ipsos révélait récemment que 6 cadres sur 10 étaient convaincus qu’ils exerceraient plusieurs activités professionnelles d’ici dix ans. Une tendance confirmée d’ailleurs chez la Génération Z, qui plébiscite nettement le multi-tasking.

 

Génération Z : les enfants du millénaire

A peine l’entreprise s’est-elle adaptée à la Génération Y qu’elle se prépare à l’arrivée de la génération Z ! Les « Z » sont nés entre 1995 et 2010. Si les Y ont vécu l’émergence du numérique, les Z sont nés alors qu’Internet et les téléphones portables avaient déjà investi notre quotidien. Du fait de Facebook et autres réseaux sociaux, on dit parfois que la génération Z est la première génération mondiale.

Les Z sont, encore plus que leurs aînés, exposés aux images et soumis à un zapping permanent. Une connectivité qui, comme pour les Y, peut nuire à leur concentration.

En entreprise, les Z partagent avec les Y un rejet du pur « statutaire » et respectent davantage les managers qui leur ressemblent et sont dans l’exemplarité. Les deux générations ont aussi en commun une envie de liberté et d’épanouissement à travers leur travail. Néanmoins, les Z ont la particularité d’être assez pessimistes quand on les interroge sur leurs espoirs au sujet de leur carrière. Ils s’inquiètent de ne pas trouver le poste qui leur conviendra et qui leur permettra de s’épanouir. Attirés par l’entrepreneuriat, ils risquent d’être insatisfaits dans de grandes structures, si ces dernières les freinent dans leur élan et leur volonté de prendre des initiatives.

Enfin, les Z ont moins peur de l’échec que leurs aînés. Ils ne sont pas effrayés à l’idée de se tromper, et trouvent logique d’apprendre par leurs erreurs. Un état d’esprit qui n’est pas pour nous déplaire !

 

*BATKA est la communauté d’entreprises regroupant Keyman, Keylink, QuinteSens, Keycoopt et Koherence. 

Partagez cet article

Déposez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez Keycoopt
48 000 cadres sont déjà membres de notre communauté de coopteurs. Et vous ?
Le Sourcing 2.0
Vous voulez mieux comprendre le recrutement par cooptation de Keycoopt ?
RSS Notre fil d’actualité