Recherche sur le blog:
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Actualité RH
Ça nous a plu
Cooptation
En avant
Non classé
Notre actualité
Parcours de Coopteurs
Parole de coopteurs
Parole de recruteur
Parole de RH
Press
Presse

Le blog Keycoopt

Besoin d’infos sur le recrutement par la cooptation et les ressources humaines ?

L’empowerment : miser sur le collaboratif pour mieux manager son équipe

Par Charlotte Roussel • Le 18.04.2018 • Catégorie : Actualité RH

 

L'empowerment-pour-mieux-manager-ses-équipes

31% des salariés se disent déboussolés par le management de leur entreprise selon une étude publiée en 2017 par l’Observatoire du Management de OasYs Mobilisation. Pointant le lien entre implication des salariés, soutien apporté par sa hiérarchie et sens donné au travail, ces données attestent de nouvelles attentes en termes de management.

Il est loin le temps où manager son équipe était simplement synonyme de diriger ! Le bonheur au travail est aujourd’hui, vous le savez, essentiel à l’épanouissement et à la productivité de chacun. Dans ce contexte, l’empowerment constitue une solution. Ce type de management collaboratif offre aux salariés un plus grand pouvoir d’initiative et davantage d’autonomie. Suivez le guide.

Concrètement, c’est quoi l’empowerment ?

Avec l’empowerment, le manager va au-delà de son rôle d’encadrant : valoriser son équipe, insuffler du sens au travail et développer le potentiel de chacun deviennent des priorités. Savoir déléguer les responsabilités, pour une meilleure répartition des missions en interne, est crucial. Ce modèle novateur se place à l’encontre de notre tradition française et retient de plus en plus l’attention des managers.

Pour Philippe Laurent, coach et formateur sur le bonheur au travail, l’empowerment permet de responsabiliser les salariés et de les faire sortir d’une éventuelle posture passive. Le rôle du manager est alors essentiel. Ce dernier,        « plus habitué à une posture « top-down », celle du « sachant » qui cherche à convaincre, a besoin de découvrir les mérites d’une posture « d’apprenant » et de mesurer les bienfaits pour lui-même, son équipe et son entreprise. »

Cette méthode de management fait ses preuves : selon une étude menée en 2017 par le spécialiste du management Oreysis, plus de 9 cadres sur 10 (93%) estiment leur environnement de travail propice aux initiatives*.

Eric Albert, auteur de Partager le pouvoir, c’est possible, partage cette vision et estime que les structures qui mettent en application l’empowerment ont connu 20% de performance et de croissance supplémentaire en moins de 6 mois. Une vraie marche à suivre.

Un management en faveur de l’employé, du manager et de l’entreprise !

L’empowerment est un procédé bénéfique pour tous :

 

  1. Le salarié, plus impliqué et responsabilisé, qui retrouve du sens dans son travail et s’y épanouit davantage. C’est ce qui ressort de l’étude précédemment citée, menée par Oreysis en 2017 : 85 % des cadres interrogés s’affirment épanouis si on leur permet de mettre en œuvre leurs idées*.

 

  1. Le manager bénéficie également de l’empowerment et voit sa charge de travail baisser, à la faveur d’une redistribution des missions en interne, ce qui diminue son stress. C’est ce que révèle une étude Régionsjobs et Hays effectuée en 2017 : si 91% des personnes interrogées affirment aimer manager, à salaire égal, 29 % d’entre eux choisiraient d’arrêter**.

 

  1. L’employeur y trouve aussi son compte avec une meilleure productivité et compétitivité, une prise de décision efficiente et un plus grand engagement dans l’entreprise. Cela concourt à la pérennité et à l’image de marque de l’établissement.

Comment mettre en place efficacement l’empowerment?

Avant toute chose, pour développer efficacement l’empowerment au sein de ses équipes, il est primordial de prendre du recul sur son approche managériale et ses idées reçues. Non, il n’incombe pas au manager d’apporter seul la solution aux problématiques rencontrées par ses collaborateurs. Non, les collaborateurs ne sont pas dépendants de la direction.

Il est important que le manager précise clairement avec son équipe en quoi consiste la mission de l’entreprise, du service ou du département.

 

L’empowerment repose sur trois facteurs-clés :

 

 

Facteurs-clés-pour-un-empowerment-performant

La vision

Définie, développée, structurée et communiquée par le manager, elle renseigne les collaborateurs sur les objectifs visés, à moyen et court termes. Impérativement inspirante, elle permettra aux salariés de relayer à leur tour l’information. Dans l’idéal, ils en seront même les co-producteurs.

 

L’autonomie

La prise d’initiative et de risque doit être valorisée. L’erreur est permise, le salarié parviendra ainsi à réussir. Des formations sont essentielles pour que chacun connaisse ses forces et ses limites, entretienne et développe ses compétences et accompagne par étapes ses collaborateurs.

 

L’appropriation

Progressive, elle est propre à chaque salarié. Elle ne peut advenir qu’avec un management encourageant la prise d’initiative et de risque, félicitant toute avancée et se plaçant suffisamment en retrait pour que chacun trouve sa place.

Les entretiens mensuels d’évaluation constituent un bon indicateur de réussite d’une méthode de management basée sur l’empowerment. Le manager peut y mesurer l’implication et le ressenti de chaque salarié et adapter sa méthode de travail à chacun. Par votre comportement et vos méthodes, vous deviendrez alors un nouveau levier du bonheur au travail !

Alors, à vous de jouer.

 

* Pour plus d’informations sur l’étude menée par Oreysis en 2017

**Pour découvrir plus en détails l’enquête effectuée en 2017 par Regionsjob et Hays

 

Partagez cet article

Déposez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.