Recherche sur le blog:
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Actualité RH
Ça nous a plu
Cooptation
En avant
Les offres de la semaine
Non classé
Notre actualité
Parcours de Coopteurs
Parole de coopteurs
Parole de recruteur
Parole de RH
Presse
{ "homeurl": "https://www.keycoopt.com/", "resultstype": "vertical", "resultsposition": "hover", "itemscount": 4, "imagewidth": 70, "imageheight": 70, "resultitemheight": "70px", "showauthor": 1, "showdate": 1, "showdescription": 1, "charcount": 3, "noresultstext": "No results!", "didyoumeantext": "Did you mean:", "defaultImage": "http://keycoopt.wpengine.com/wp-content/plugins/ajax-search-lite/img/default.jpg", "highlight": 0, "highlightwholewords": 1, "scrollToResults": 0, "resultareaclickable": 1, "defaultsearchtext": "", "autocomplete": { "enabled" : 1, "lang" : "en" }, "triggerontype": 1, "triggeronclick": 1, "redirectonclick": 0, "trigger_on_facet_change": 0, "settingsimagepos": "right", "hresultanimation": "fx-none", "vresultanimation": "fx-none", "hresulthidedesc": "1", "prescontainerheight": "400px", "pshowsubtitle": "0", "pshowdesc": "1", "closeOnDocClick": 1, "iifNoImage": "description", "iiRows": 2, "iitemsWidth": 200, "iitemsHeight": 200, "iishowOverlay": 1, "iiblurOverlay": 1, "iihideContent": 1, "iianimation": "1", "analytics": 0, "analyticsString": "ajax_search-{asl_term}", "redirectonclick": 0, "redirectClickTo": "results_page", "redirect_on_enter": 0, "redirectEnterTo": "results_page", "overridewpdefault": "0" }

Le blog Keycoopt

La Solution de recrutement par la cooptation

[Parcours de coopteur] François Bergerault, co-fondateur de L’Atelier des Chefs

Par Simon Gavelle • Le 03.09.2013 • Catégorie : Parcours de Coopteurs

Pour ce troisième volet de la série « Parcours de coopteurs« , nous avons rencontré François Bergerault, co-fondateur de L’Atelier des Chefs. Ce top chef de l’entreprenariat nous présente son parcours, depuis ses études à l’EM Lyon jusque sa révolution du marché des cours de cuisine. Il nous parle aussi d’innovation et de sa propre vision de la recommandation qu’il a déjà eu l’occasion d’expérimenter plusieurs fois.

Bonjour François, parlez-nous un peu de vous !

François Bergerault, co-fondateur de l'atelier des chefs et coopteur depuis le début de Keycoopt.

François Bergerault, co-fondateur de l’atelier des chefs et coopteur depuis le début de Keycoopt.

Je m’appelle François Bergerault, j’ai 37 ans, je suis marié et j’ai 3 enfants. Avant cela, j’ai suivi des études de droit et de commerce à l’EM Lyon, à la suite desquelles je suis parti aux États-Unis, chez Altran, pour faire du conseil en stratégie. Lorsque j’étais dans cette entreprise, j’ai commencé à travailler avec mon frère sur un projet de création d’entreprise. Il y a 9 ans, une fois le projet suffisamment abouti, j’ai quitté mon poste pour créer L’Atelier Des Chefs, qui propose des cours de cuisine..

.

.

.

En 2004, l’Atelier des Chefs était une grande nouveauté sur le marché. Comment avez-vous eu cette idée, comment l’avez-vous mise en place ? 

Fondé en 2004, L'atelier des Chefs est aujourd'hui implanté dans 10 grandes villes Françaises.

Fondé en 2004, L’atelier des Chefs est aujourd’hui implanté dans 10 grandes villes Françaises.

C’est Nicolas, mon frère, qui a eu l’idée de départ en 2001, alors qu’il était à Montréal. Passionné de cuisine, il s’était rendu dans une librairie spécialisée dans les livres de gastronomie. Pour inciter à l’achat des livres, on y faisait goûter les produits issus des recettes. En voyant ça, il a eu l’idée de créer une « Fnac de la cuisine » où l’on pourrait acheter tous les ustensiles, livres et produits servant à cuisiner.

Rapidement nous-nous sommes rendus compte que ce modèle fonctionnait moins bien en France, le coût du travail élevé rendant difficile l’emploi de démonstrateurs. Avec trop peu de démonstrateurs, on ne pouvait pas faire suffisamment de démonstrations, ce qui rendait le concept caduc. On s’est aussi aperçu que les gens avaient surtout besoin de réapprendre à cuisiner et que la vente de livres, d’ustensiles etc… devait venir après ce besoin. Pour ces raisons, nous avons décidé de centrer notre modèle sur l’apprentissage de la cuisine. Évidemment, à l’époque, en 2004, les cours de cuisine existaient déjà et il nous a fallu apporter quelques innovations majeures sur le marché.

Ces innovations, nous les avons basées sur nos observations :

La première était que de toute façon, entre midi et deux, tout le monde prend une pause et dépense quelques euros pour manger. Nous avons alors eu l’idée d’organiser nos cours à l’heure du déjeuner, en 30 minutes et à 15€.

La deuxième était qu’il fallait dédramatiser les cours de cuisine. Nous voulions que n’importe qui puisse se dire « cette recette, je peux la refaire chez moi« . Nous avons donc commencé à réapprendre à cuisiner, avec les produits que l’on a dans son placard. Cela nous a également permis de devenir un nouveau moyen de communication pour les marques de l’agroalimentaire.

Était-ce une évidence pour vous de devenir coopteur ?

En fait, avant Keycoopt j’étais déjà coopteur mais sans en avoir le statut. Dans le premier cabinet de conseil où j’ai travaillé, un système similaire était mis en place. Nous étions rémunérés lorsque nous faisions recruter de nouveaux consultants, ce que j’ai fait plusieurs fois.

Nicolas (co-fondateur de Keycoopt) m’a présenté le concept lors d’une soirée des anciens de l’EM Lyon. À l’époque, tout était encore à l’état de projet mais j’ai tout de suite accroché.  Je suis alors devenu coopteur Keycoopt dès l’ouverture du site.

Quelle est votre vision du recrutement par la recommandation ?

Pour moi, la mise en relation est le meilleur moyen pour faire un recrutement de qualité. Lorsque l’on est coopté, c’est beaucoup plus fort qu’un simple entretien réussi. Lorsque l’on est capable de dire « telle personne est très forte dans son domaine et en vaut le voyage« , c’est une forte valeur ajoutée. Ça permet d’éviter de tomber sur une personne efficace lors de la rencontre, mais moins efficace une fois en poste.

Au-delà de l’aspect pécuniaire de la keyprime, recommander apporte une grande satisfaction. On recommande des personnes que l’on apprécie et pour lesquelles on est content de trouver un job. D’un autre côté, c’est participer – à son niveau – à la diminution du chômage en faisant en sorte que les personnes cherchant un job et les personnes qui en proposent puissent se rencontrer.

Je suis d’ailleurs actuellement en pleine recommandation ! J’ai vu sur Keycoopt une annonce qui correspondait bien au profil de certains de mes amis et j’ai donc commencé à leur en parler avant de les recommander. J’espère que ça va aboutir !

Devenir coopteur et découvrir la cooptation

Partagez cet article

Déposez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrez Keycoopt
35 000 cadres sont déjà membres de notre communauté. Et vous ?
Le Sourcing 2.0
Vous voulez mieux comprendre le recrutement Keycoopt ?