Recherche sur le blog:
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Actualité RH
Ça nous a plu
Cooptation
En avant
Les offres de la semaine
Non classé
Notre actualité
Parcours de Coopteurs
Parole de coopteurs
Parole de recruteur
Parole de RH
Presse

Le blog Keycoopt

Besoin d’infos sur le recrutement par la cooptation et les ressources humaines ?

Plein emploi des cadres en 2019 : quels sont les secteurs qui vont le plus recruter ? Et les difficultés de recrutement rencontrées par les entreprises ?

Par Charlotte Roussel • Le 14.03.2019 • Catégorie : Actualité RH

Malgré un contexte social complexe, l’emploi cadre est toujours au beau fixe. Selon les prévisions de l’Apec, le recrutement de cadres atteindra un niveau record en 2019, avec 270 000 à 292 000 embauches prévues [1].

Concrètement, quels sont les secteurs les plus concernés par ces recrutements massifs de cadres ? Et quelles sont les difficultés de recrutement rencontrées par les entreprises ? Réponses dans cet article.

1/ Un plein emploi des cadres qui se confirme en 2019

En 2019, les entreprises privées prévoient un recrutement important de cadres selon une étude de l’Apec [2], avec une progression prévue de 2 à 10% par rapport à 2018 !

Le taux de chômage des cadres atteint ainsi un niveau, très bas, de 3,8% [3].

Population « privilégiée », les cadres sont les seuls profils à bénéficier de cette embellie de l’emploi.

L’Apec explique cela par « une transformation numérique, une transition écologique et des chamboulements sociétaux qui rendent les encadrants et experts indispensables aux organisations ambitieuses ». Par ailleurs, parmi eux, les cadres juniors seront particulièrement favorisés. Les cadres, bénéficiant d’1 à 10 ans d’expérience, représenteront 60% des embauches.

Néanmoins, aussi florissant soit-il, le marché des cadres s’avère très polarisé. Les embauches prévues restant tributaires du secteur d’activité, du métier, de la région convoitée ou encore du nombre d’années d’expérience du candidat.

2/ Les 4 secteurs d’activité qui vont le plus recruter en 2019

Secteurs d’activité qui vont le plus recruter en 2019 selon l’Apec

1. Les services : 71% des recrutements

De 196 290 à 211 080 embauches sont prévues en 2019.

L’augmentation envisagée est équivalente à celle prévue pour l’ensemble des recrutements de cadres (entre 2% à 10% par rapport à 2018). Au sein de ce secteur, plus de 4 embauches sur 10 devraient se concentrer sur 3 grandes activités :

  • L’Informatique et la télécommunication
  • L’Ingénierie-R&D et juridique
  • La comptabilité et les conseils

Les cadres recherchés auront pour mission de gérer les évolutions technologiques autour de la data, de la cybersécurité, de l’intelligence artificielle ou encore de l’usine du futur.


2. L’Industrie : 15% des recrutements

Ce secteur prévoit entre 40 460 et 43 960 recrutements en 2019. Par rapport à 2018, les recrutements de cadres sont en légère progression (entre +3 et +12%).

Dans le détail, les 3 activités les plus pourvoyeuses d’emploi seront :

  • La mécanique-métallurgie
  • Les équipements électriques et électroniques
  • L’automobile, l’aéronautique et les autres matériels de transport

3. Le commerce : 8% des recrutements

Ce secteur anticipe un volume d’embauches au moins équivalent à celui de 2018.

De 20 840 à 22 420 recrutements sont prévus, pour 21 430 recrutements effectués en 2018.

3 activités créeront le plus d’emplois :

  • Le commerce inter-entreprises
  • La distribution spécialisée
  • La distribution généraliste

Cette progression relative en termes de recrutements prévus est notamment due aux difficultés rencontrées par le secteur de la distribution spécialisée. Néanmoins, les entreprises du secteur n’excluent pas, dans le meilleur des cas, une légère augmentation du nombre de recrutements.

4. Construction : 5% des recrutements

Le secteur de la construction bénéficie d’une situation moins favorable cette année, avec 13 110 à 14 540 recrutements prévus (soit une augmentation prévue entre +0% et +8%).

2 activités seront, plus précisément, créatrices d’emplois :

  • Les travaux de construction spécialisée
  • Le bâtiment, le génie civil et les matériaux de construction

Les projets du Grand Paris [4], la bonne tenue des permis de construire et des mises en chantier expliquent ces chiffres.

3/ Les fonctions qui recruteront le plus en 2019 :

En définitive, 55% des recrutements prévus d’ici 2019 seront concentrés sur 3 fonctions :

1/ Informatique

2/ Études, Recherche & Développement

3/ Commercial / marketing

4/ Un plein emploi des cadres avec des entreprises qui peinent à recruter…

En 2018, les entreprises confessaient rencontrer des difficultés à trouver des candidatures pour 2/3 des emplois cadres [5].

Parmi les raisons [6] :

Pour les entreprises :

  • Des candidatures moins nombreuses, plus ciblées et une baisse du nombre de demandeurs d’emploi cadres.
  • Une rareté des profils. Parmi les métiers qui recruteront le plus en 2019 [7] : assistant(e) de direction, Data Analyst [8], Développeur informatique, métiers de la supply-chain, métiers de l’immobilier d’entreprise, etc.
  • Une inadéquation des compétences : des candidats pas assez qualifiés, ou qui ne bénéficient pas des compétences recherchées.
  • Une façon de recruter inadaptée. C’est notamment le cas chez les PME qui peuvent éprouver des difficultés à identifier et à formuler leurs besoins en matière de main d’œuvre.

Pour les candidats :

  • Le lieu de travail.
  • Le manque d’attractivité du poste : certains métiers ont une mauvaise image ou des conditions de travail difficiles.

… marquées par l’apparition de nouveaux métiers

De plus, en l’espace de plusieurs années, certains métiers ont connu de fortes évolutions et requièrent de nouvelles compétences.

Par exemple, dans le cas du développeur web, et notamment du profil « fullstack » de plus en plus demandé, c’est une adaptabilité qui est recherchée puisque ces profils gèrent le Front-End et le Back-End. Pour le Data Analyst, c’est un esprit de synthèse qui est attendu puisque cette personne est en charge d’élaborer les critères de segmentation des données et participe à l’analyse et à l’exploration de ces données.  

Par ailleurs, certains métiers sont devenus, en l’espace de plusieurs années, des métiers transverses, c’est-à-dire présents dans presque tous les secteurs d’activité. C’est le cas par exemple des graphistes et des webdesigners.

À cela s’ajoute l’apparition de nouveaux métiers qui bouleversent encore davantage les besoins des entreprises.

Enfin, on estime que 85% des métiers de 2030 n’existent pas encore [9]. Parmi ces métiers émergeants, on peut notamment citer, dans le secteur numérique, le Data scientist dont nous avons déjà parlé [10] ou encore l’UX designer [11].


Pour conclure, cette année encore, le marché de l’emploi cadre se porte bien. Et on assiste à une vraie Guerre des talents. Dans ce cadre, les entreprises font face à des difficultés de recrutement. De plus, l’apparition de nouveaux métiers conduit certaines entreprises à adapter leurs postes et leurs besoins. Ou encore à adopter une nouvelle méthode de travail, en optant par exemple pour des cadres intérimaires (+12% entre 2016 et 2017 [12]) ou à des managers de transition pour gérer plus facilement un nouveau projet et/ou problématique.


Références

[1] [2] Étude Apec 2019 – Enquête réalisée par l’Apec du 22 octobre au 15 décembre 2018 auprès d’un panel permanent de 10 000 entreprises représentatif de la répartition par région, taille et secteur d’activité des salariés du secteur privé en France métropolitaine (représentant 1,8 million de salariés dont 395 500 cadres). Publiée le 19 février 2019.

[3] Selon l’Indicateur du Bureau international du travail.

[4] Projet visant à transformer l’agglomération parisienne en une grande métropole mondiale du XXIᵉ siècle pour améliorer le cadre de vie des habitants, corriger les inégalités territoriales et construire une ville durable. Ce projet prévoit notamment la création d’un réseau de transports publics, mais il comporte d’autres leviers liés au développement économique, à l’habitat, à l’enseignement supérieur, à la culture, au sport et à l’environnement.

[5] [6]  Selon l’étude de l’Apec « De l’offre au recrutement – Recrutement et tensions 2018 ».

[7] Selon le Cabinet de recrutement Page Personnel.

[8] Le Data Analyst est responsable du croisement des données de l’entreprise avec celles mises à disposition via les services web et autres canaux digitaux (téléphone mobile..)

[9] Selon une étude de 2017 réalisée par une vingtaine d’experts numériques pour L’institute for the Future et Dell en Californie.

[10] Le Data Scientist est responsable du croisement des données de l’entreprise avec celles mises à disposition via les services web et autres canaux digitaux (téléphone mobile..)

[11] Profil qui conçoit et améliore les interfaces numériques en collaboration avec les graphistes, les développeurs et les chefs de produit et ce, en appliquant une démarche centrée sur l’utilisateur.

[12] Chiffre issu du baromètre de Prism’emploi de 2017.

Partagez cet article

Déposez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez Keycoopt
48 000 cadres sont déjà membres de notre communauté de coopteurs. Et vous ?
Le Sourcing 2.0
Vous voulez mieux comprendre le recrutement par cooptation de Keycoopt ?
RSS Notre fil d’actualité