Recherche sur le blog:
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Actualité RH
Ça nous a plu
Cooptation
En avant
Les offres de la semaine
Non classé
Notre actualité
Parcours de Coopteurs
Parole de coopteurs
Parole de recruteur
Parole de RH
Presse

Le blog Keycoopt

Besoin d’infos sur le recrutement par la cooptation et les ressources humaines ?

Entreprises : quels sont les impacts du Social Media sur votre marque employeur ?

Par Charlotte Roussel • Le 03.04.2019 • Catégorie : Actualité RH, En avant

Aujourd’hui, pour mieux recruter, il est important de disposer d’une bonne e-réputation mais aussi d’une bonne marque employeur. Or, le plus souvent, cela passe par une utilisation efficace des réseaux sociaux.

Aussi, nous étudierons dans cet article les nouvelles tendances du Social Media[1] pour la marque employeur de son entreprise :

  1. Pourquoi les entreprises ne doivent pas négliger leur E-réputation.
  2. Comment soigner sa communication RH pour assurer le rayonnement de sa marque employeur auprès des candidats.

Nous avons pris appui pour cet article sur les propos de deux membres de My RH Community, Mathieu Lemonnier, son Fondateur et Kévin Colleaux, Consultant Social Media. Tous deux sont intervenus mardi 26 mars dans nos locaux à l’occasion de la 4ème édition de notre Good Morning RH.

1/ Une e-réputation à ne pas négliger

Avoir une bonne e-réputation, est essentiel pour les entreprises pour donner envie aux candidats de les rejoindre. Mais aussi parce que c’est devenu un réflexe pour les jeunes générations de se renseigner sur une entreprise avant d’y postuler.

Cette e-réputation, c’est-à-dire l’image d’une entreprise sur Internet et les autres supports numériques (réseaux sociaux, etc.) provient d’avis laissés par des parties prenantes de l’entreprise (collaborateurs, prestataires, etc.).

Aujourd’hui, 5 principaux sites le permettent : Indeed, Glassdoor, Viadéo, ChooseMyCompany et Google. Ce dernier n’est toutefois pas uniquement spécialisé dans l’émission d’avis concernant la vie en entreprises.

Cela est à ne pas négliger, surtout si on regarde les chiffres : en 2018, près de 830 000 entreprises ont été « notées » sur Glassdoor[2]. L’agrégateur d’offres d’emploi Indeed revendique à lui seul 200 000 visites mensuelles et 72 millions d’avis déposés au sujet des entreprises.[3] 

Aussi, pour soigner leur image les entreprises ont tout intérêt à :

  • Chouchouter leurs collaborateurs puisque ce sont avant tout eux qui seront les plus à même de juger leur entreprise.
  • Solliciter les personnes satisfaites mais qui donnent rarement leur avis sur leur entreprise. La plupart du temps ce sont les « avis extrêmes » qui sortent du lot, c’est-à-dire les personnes très satisfaites ou très mécontentes à l’égard de leur entreprise. Les avis intermédiaires ressortent peu.
  • Remercier les personnes qui émettent un avis sur l’entreprise, qu’il soit positif… ou négatif ! Les principaux intéressés seront ravis d’avoir un retour concernant leur contribution.
  • Inciter le dirigeant à prendre la parole (quitte à travailler avec lui sa posture) pour une plus grande crédibilité à l’externe.
  • Travailler leur marque employeur, qui s’articule autour de la vie du salarié dans l’entreprise, avant son recrutement et lors de son départ, pour améliorer leur réputation. Et attirer des talents !
  • Tirer parti d’une communication RH efficiente.

2/ Comment soigner sa communication RH pour assurer le rayonnement de sa marque employeur auprès des candidats ?

Deux constats : aujourd’hui les candidats sont à la recherche de proximité, d’une exclusivité des contenus et d’instantanéité. Par ailleurs, c’est aux entreprises de s’adapter et de communiquer selon les attentes des candidats, notamment en ce qui concerne leur manière de se renseigner sur une entreprise.

Pour cela, les entreprises peuvent :

Tirer parti des réseaux sociaux :

Nous passons en moyenne 2 heures par jour sur les réseaux sociaux[4]. Aujourd’hui 59% des internautes sont membres d’au moins un réseau social[5].

Les entreprises prennent progressivement conscience de l’importance d’être présentes sur les réseaux sociaux, et de bien les choisir, pour soigner leur marque employeur, promouvoir leur image. Et donc mieux recruter.

À noter qu’un même réseau social peut être utilisé à des fins différentes. Ce n’est pas parce qu’un réseau social n’est pas utilisé pour une communication institutionnelle qu’il ne peut pas l’être à des fins de recrutement.

Les principaux réseaux sociaux utilisés sont :

On constate alors que, contrairement à ce qu’on pourrait entendre actuellement, Facebook demeure un incontournable. Et que, parmi les autres réseaux sociaux, Twitter plaît toujours autant. Notamment parce qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un compte pour accéder aux contenus. Ce qui accroît la viralité et la visibilité d’une entreprise.

Par ailleurs, Instagram tire progressivement son épingle du jeu (+12% d’utilisation en un an[6]). Cette plateforme « mobile first », c’est-à-dire utilisée quasi-exclusivement sur smartphones, regroupe 35% des utilisateurs âgés de 25 à 34 ans qui, pour 80% d’entre eux, suivent au moins une marque[7]. Ainsi, Instagram est un vrai levier différenciant, à saisir par les entreprises ! Pour le moment, seules 27% d’entre elles disposent d’un compte Instagram, alors que 70% ont un compte Facebook[8].

D’une manière générale, les réseaux sociaux sont devenus un incontournable pour mieux recruter :

Sources : RégionsJob, Qapa.fr, EDHEC.

Dans ce cadre, avoir une communication RH efficace sur les réseaux sociaux est pertinente puisque ces derniers sont :

– Des canaux d’image au service de l’attractivité (les réseaux sociaux permettent d’attirer les candidats vers l’entreprise et d’y véhiculer son identité) qui sont un levier de visibilité auprès des candidats passifs. Pour toucher les candidats qui sont en recherche active, ou non, d’emploi.

– De véritables carrefours d’audiences affinitaires (pour toucher des publics cibles identifiés).

– Des canaux d’informations pour les collaborateurs (les employés peuvent accéder à un ensemble d’informations, sur la RSE de l’entreprise, ses valeurs, etc. Ils sont, par ce biais, fédérés et auront davantage envie de parler de l’entreprise par eux-mêmes).

– Des outils d’aide à la décision pour les candidats (pour choisir leur future entreprise en « toute connaissance de cause »).

Enfin, s’il n’est pas nécessaire d’être présent sur les réseaux sociaux tous les jours, il est important de privilégier des contenus engageants et pertinents. Et de veiller à leur diversité (ne pas diffuser uniquement des témoignages !).

Miser sur une stratégie de contenus

Pour « nourrir » et attirer des candidats potentiels, différents contenus sont à privilégier (sur les réseaux sociaux ou bien son site carrière) :

  • Des contenus « chauds » : les dernières actualités de l’entreprise, etc.
  • Des contenus « froids » : la RSE, les valeurs de l’entreprise, etc.
  • D’autres types de contenus : témoignages, infographies, informations sur la vie de l’entreprise, ses coulisses, etc.

Il est important de garder en tête que cette stratégie doit être pensée pour être : authentique, transparente et exclusive.

Par ailleurs, des formats sont à privilégier, tels que des contenus vidéo, présentés de manière verticale, qui permettent de prendre connaissance d’une information rapidement, sans avoir à retourner son portable. Intégrer des sous-titres est aussi conseillé parce que les internautes n’activent plus le son des vidéos la plupart du temps.

D’ailleurs cette stratégie de contenus fait partie intégrante de l’Inbound Recruiting, dont nous avons déjà parlé sur le blog.

Tirer parti de l’Intelligence Artificielle ou plutôt du « machine learning »

76% des recruteurs pensent que l’intelligence artificielle aura un impact important sur le recrutement.[9] Or, celle-ci se base de plus en plus sur le « machine learning », c’est-à-dire une technologie d’intelligence artificielle qui permet aux ordinateurs d’apprendre sans avoir été programmés explicitement à cet effet. L’homme y occupe néanmoins une place essentielle pour ce qui est du paramétrage et de la configuration de ces technologies, pour éviter toute dérive (bases de données falsifiées notamment).

Dans ce cadre, les entreprises s’appuient de plus en plus sur des outils intelligents, comme des chatbots[10], pour mieux recruter.

Ces outils d’aide à la décision sont plébiscités par 64% des jeunes générations qui l’envisagent comme un futur outil du quotidien.[11] S’ils sont en train de se démocratiser au sein des entreprises, leur utilisation dépend des postes recherchés et des générations. Une personne de plus de 50 ans n’aura peut être pas le réflexe de s’adresser à un chatbot pour soumettre sa candidature.

Concrètement, les candidats peuvent directement échanger avec le chatbot de l’entreprise pour découvrir les postes ouverts qui correspondent à leur profil, déposer directement et rapidement leur candidature/leur CV, poser des questions sur le poste, l’entreprise, etc.

En ce qui concerne les recruteurs, se doter d’un chatbot leur permet de gérer un volume important de questions. La plupart du temps, celles-ci sont fréquemment posées par les candidats.

C’est ce qu’a fait par exemple l’entreprise Talensoft. Avant d’utiliser des chatbots, ils perdaient jusqu’à 90% de leurs candidatures. Grâce à cet outil, ils ont aussi pu réduire leur temps moyen de candidature en ligne de 10 minutes à 30 secondes.

Autre exemple : la société Kick My Bot, créateur de chatbots intelligents, permet aux entreprises d’automatiser leurs conversations avec les candidats cibles. Pour un gain de temps important.

Embarquer ses collaborateurs dans la stratégie de l’entreprise

Les entreprises ont aujourd’hui tout intérêt à intégrer leurs collaborateurs dans la stratégie de Social Media l’entreprise. Et donc à avoir recours à l’employee advocay.

Ce mécanisme permet à une entreprise ou à une marque de mobiliser ses salariés pour devenir ses ambassadeurs, voire des influenceurs, dans leur vie professionnelle, mais également parfois dans leur vie de tous les jours. Et notamment sur les réseaux sociaux. Cela peut se concrétiser par la mise en place de « Programmes ambassadeurs ».

Les collaborateurs peuvent être sollicités de 2 manières :

  • Par du contenu : comme expliqué précédemment.
  • Par des diffusions : c’est-à-dire que les collaborateurs soient des relais d’information.

Cela a une vraie utilité pour une :

  • Plus grande viralité des contenus.
  • Diversification des audiences : la combinaison du réseau de l’entreprise et des réseaux des collaborateurs, diversifiés et plus ou moins importants, permet de donner plus d’impact et de portée aux messages.
  • Crédibilité des propos. C’est bien simple, si un collaborateur prend la parole, cela génère pour l’entreprise 8 fois plus d’engagement, 20 fois plus de candidatures et 24 fois plus d’impact ![12]

Pour que cela fonctionne, il est important de : donner du sens, former et animer.

Pour conclure

En conclusion, les entreprises ont tout intérêt à soigner leur communication RH, notamment pour attirer les (meilleurs) talents. Et ce, d’autant plus en cette période de Guerre des Talents[13]. Cette approche s’apparente en définitive à du marketing d’influence[14] puisqu’il s’agit de rassurer les candidats pour leur donner envie de postuler au sein de l’entreprise !

Encore merci à Mathieu Lemonnier et Kévin Colleau de My RH Community pour leur intervention !


Ressources

[1]Le Social media est l’ensemble des médias sociaux et des usages qui peuvent en être faits dans le domaine de la communication publicitaire et relationnelle des entreprises et des organisations.

[2] Glassdoor est un site Internet où les employés actuels et les anciens employés d’entreprises évaluent leur environnement de travail de manière anonyme.

[3] Source : comScore, visites totales, 2017. Les entreprises qui postent des offres d’emploi sur Indeed disposent d’une page « entreprise » et peuvent obtenir des avis les concernant, dans le but d’attirer et d’engager les meilleurs candidats.

[4] Selon une étude Mediakix, 2016.

[5] Selon le Baromètre du Numérique 2017 : équipement, usages et compétences numériques des Français.

[6] [8]  Source : étude PotentialPark 2018.

[7] Chiffres issus d’Instagram.

[9] Source : Selon l’étude LinkedIn Global Recruiting Trends 2018.

[10] Ou agents conversationnels. Ce sont des logiciels qui sont programmés pour simuler une conversation en langage naturel. Ils proposent une analyse des candidats avec lesquels ils « discutent » en ligne. Pour détecter ceux qui conviendraient le plus pour un poste donné.

[11] Selon une enquête Do You Dream Up/Ifop menée en 2016.

[12] Selon une étude de Social Media Today menée en 2018.

[13] Pénurie de compétences face à des besoins effectifs du marché.

[14] Type de marketing qui s’appuie sur des leaders d’opinion pour réaliser la promotion d’un produit.

Partagez cet article

Déposez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.