Recherche sur le blog:
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Actualité RH
Ça nous a plu
Cooptation
En avant
Les offres de la semaine
Non classé
Notre actualité
Parcours de Coopteurs
Parole de coopteurs
Parole de recruteur
Parole de RH
Presse

Le blog Keycoopt

Besoin d’infos sur le recrutement par la cooptation et les ressources humaines ?

Recruteur : les erreurs trop souvent commises.

Par Benjamin Van Hyfte • Le 23.11.2016 • Catégorie : Actualité RH

recruteurLe processus de recrutement, un moment de pression pour le candidat… Mais aussi pour le recruteur ! Trouver le bon profil est un enjeu de taille. Le coût d’un recrutement raté, pour un profil cadre, est difficile à estimer : entre 50 et 650 K€, selon les différentes études. Assez élevé, en tout cas, pour qu’une erreur de casting soit regrettable.

 

Les causes de l’échec peuvent être multiples : beaucoup de professionnels quittent leur nouveau poste à cause d’une période d’intégration ratée. Dans cet article, nous allons nous concentrer sur les erreurs stratégiques commises en amont, avant même l’entretien d’embauche.

 

Le recruteur et l’opérationnel : je t’aime, moi non plus

Dans un recrutement, le candidat est évalué sur ses savoir-être. La curiosité, l’ouverture, l’adaptabilité : voilà des qualités précieuses, à l’heure où les métiers évoluent et où les collaborateurs doivent être polyvalents.

 

Cependant, le recruteur ne doit pas minimiser, dans son évaluation, les compétences techniques du candidat. Pour cela, il faut qu’il s’intéresse au métier, et qu’il rencontre le supérieur direct du futur collaborateur. Le supérieur sera à même de définir les savoir-faire à valider chez le candidat. Par exemple, un profil commercial doit avoir un bon relationnel. Mais selon le produit ou le service vendu par la société, les compétences recherchées seront différentes.

 

En théorie, tous les recruteurs s’accordent à dire que le lien avec l’opérationnel est nécessaire. Mais, dans la pratique, les recruteurs et les supérieurs directs ont leurs propres priorités. Lorsque l’on est accaparé par des dossiers urgents, il est difficile de ménager quelques heures pour discuter du métier de chacun. Une solution efficace : consacrer une journée à des sessions de Vis ma vie. Suivre un chargé d’affaires dans ses tâches et réunions, le temps d’une matinée : quoi de mieux pour cerner les enjeux du poste ?

 

L’annonce d’emploi n’est pas une formalité

Un descriptif de poste, établi avec le supérieur direct, sera d’autant plus précis. Et c’est nécessaire ! L’annonce d’emploi n’est pas qu’unrecruteur passage obligé pour communiquer sur ses recrutements. Elle doit être aussi précise que possible, à la fois sur les savoir-être, et sur les savoir-faire attendus.

 

Une annonce d’emploi impersonnelle et imprécise expose le recruteur à certains risques. Par exemple :

  • De nombreuses candidatures, dont quelques-unes, seulement, sont pertinentes. Mieux vaut prendre un peu plus de temps à soigner les détails de l’annonce, et éviter un long travail de screening.
  • Un conflit avec le supérieur direct. Si le descriptif de poste est incomplet, le recruteur va découvrir des besoins qu’il n’avait pas anticipés. Et le supérieur va se montrer sceptique sur des candidats pour des raisons inattendues.

 

La rédaction de l’annonce est une étape cruciale. Elle permet au recruteur d’éviter les malentendus avec, d’une part, le candidat, et d’autre part, le supérieur direct. En plus du fond, passer du temps sur la forme de l’annonce peut s’avérer payant ! Un contenu décalé, ou enthousiaste, permettra à l’annonce de se distinguer.

 

Une annonce d’emploi précise, et originale, validée par le supérieur direct : voilà une préparation qui épargne beaucoup de mauvaises surprises. Au contraire, une annonce imprécise, et rédigée sans concertation avec le supérieur direct, sera source de tensions entre les parties prenantes :

  • Le candidat va avoir des doutes sur la transparence de l’entreprise.
  • Le supérieur direct va refuser des candidats pour des raisons inattendues, ou va retarder sa décision.
  • Le recruteur risque, en retour, de presser le mouvement, de peur que les meilleurs candidats choisissent une autre offre sur le marché.

 

Le recruteur est le plus à même d’assurer la bonne marche du processus. Pour cela, il faut qu’il anticipe les problématiques, avant même les périodes de recrutement proprement dites. « Vis ma vie », contenus de poste mis à jour, annonces percutantes : un travail en amont qui peut faire gagner beaucoup de temps par la suite !

Partagez cet article

Déposez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.