Recherche sur le blog:
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Actualité RH
Ça nous a plu
Cooptation
En avant
Non classé
Notre actualité
Parcours de Coopteurs
Parole de coopteurs
Parole de recruteur
Parole de RH
Press
Presse

Travail collaboratif : oui, mais comment ?

Par Benjamin Van Hyfte • Le 04.05.2017 • Catégorie : Actualité RH, Ça nous a plu

Travail collaboratifOn observe, depuis plusieurs années, une évolution vers le travail collaboratif. Beaucoup d’entreprises, startups ou grands groupes, en ont fait leur mot d’ordre. Il semble que l’entreprise classique, où chacun agit dans son coin, et où prime la hiérarchie, a atteint ses limites, au point d’appeler son extrême inverse : un fonctionnement plus par équipes, sur un mode moins hiérarchique.

Le numérique est au coeur de cette transformation. C’est grâce aux plateformes en ligne (chat, partage de fichiers) que se développe le travail collaboratif. Toute entreprise voulant faire le « grand saut » trouvera pléthore d’outils digitaux à sa disposition. Mais les outils, à eux seuls, ne suffisent pas. Comment intégrer l’humain dans cette culture de la coopération ? Comment s’assurer que tout le monde donnera le meilleur de lui-même, dans ce nouveau mode de travail ?

 

Une plus-value pour les entreprises

Pourquoi passe-t-on au collaboratif ? La principale raison est sans doute une concurrence accrue dans tous les domaines. Les innovations de rupture surviennent dans de nombreux secteurs, et les acteurs qui ne parviennent pas à s’adapter perdent une bonne partie de leur clientèle. Cet article de La Tribune cite par exemple le secteur de l’hôtellerie, où Airbnb fait de l’ombre aux chaînes d’hôtels classiques, et celui de la téléphonie, où Nokia a chuté lorsque les smartphones ont fait leur entrée sur le marché.

Les entreprises ont donc besoin d’être « agiles », et le travail collaboratif est une solution. Les innovations récentes ont souvent été le fruit d’équipes transverses, éphémères, libérées des contraintes hiérarchiques, fonctionnant comme des « intrapreneurs ». Certaines entreprises souhaitent donc démocratiser ce fonctionnement.

 

Le numérique au service du travail collaboratif

Le digital joue un rôle-clé dans l’avènement du collaboratif. Les réseaux sociaux d’entreprise (RSE) connaissent un succès croissant. Talkspirit, Slack, SeeMy: les réseaux sociaux d’entreprise permettent aux collaborateurs de communiquer aussi rapidement que sur un chat. Les partages d’idées et de bonnes pratiques se font ainsi de manière plus informelle. Les plateformes de partage de fichiers en ligne, comme Dropbox, permettent aux collaborateurs de reprendre une mission là où le précédent l’a laissée. Il arrive ainsi que des entreprises multi-nationales organisent un travail en 24 heures sur 24. Les collaborateurs travaillent à différentes heures de la journée, selon les fuseaux horaires, et se voient régulièrement par visio-conférence.

Le collaboratif ne passe pas que par le digital. Ainsi, certaines entreprises redessinent leurs espaces de travail de A à Z. C’est le cas de l’agence de publicité BETF, qui a créé des locaux très particuliers à Pantin. Pas de bureau attitré ; pas de bureau tout court, d’ailleurs. Chaque matin, les collaborateurs rangent leurs affaires dans des casiers anonymes, et rejoignent leurs collègues dans une des salles de co-working.

 

Mais qu’entend-on par collaboratif ?

Travail CollaboratifL’avènement des outils et des « bureaux de demain » ne doit pas faire oublier que le travail collaboratif vient, avant tout, du comportement humain. Il faut donc que tout le monde y trouve son compte. Lorsqu’une entreprise met en place un outil collaboratif, elle ne doit pas perdre de vue l’objectif de cette innovation. Pourquoi crée-t-on des open-spaces ? Pour favoriser les interactions, rendues plus difficiles lorsque les espaces de travail sont cloisonnés. Mais attention : les collaborateurs ont, parfois, besoin de s’isoler pour être davantage concentrés. Une solution est de créer, en plus d’un open-space, des bureaux (non-attitrés), où ceux qui le souhaitent pourront passer du temps.

Les équipes transerves ne seront efficaces que si elles permettent à chacun de révéler ses « compétences cachées ». Or, le travail en équipe se révèlera contre-productif si les différents acteurs ne sont pas sur la même longueur d’onde. Bien sûr, collaborer, ça s’apprend. La formation a un rôle à jouer dans ce domaine. Mais, formation ou non, le travail en équipe se fait parfois au détriment de certaines personnalités. Par exemple, dans une situation de stress, un membre du groupe va prendre les décisions, et d’autres vont sortir de la discussion. Au risque de faire aller l’équipe dans la mauvaise direction.

Pour que le travail d’équipe fonctionne, il faut établir un cadre. Par exemple, lors d’une visioconférence, en s’assurant qu’il y ait eu un tour de table et que chacun ait pu participer. Ou en prenant chaque décision par consensus, plutôt que par la majorité, au risque de passer plus de temps en échange.

A l’inverse, une utilisation trop large des outils numériques conduit certains collaborateurs à un sentiment d’isolement. Le partage de données à distance fait perdre des interactions humaines nécessaires à l’épanouissement de chacun.

Ces exemples illustrent le besoin de penser le travail collaboratif, avant même de penser aux outils. Comment former les collaborateurs à ce fonctionnement par équipe ? Comment s’assurer que chacun y apporte ses idées ? Autant de problématiques que les managers auront à résoudre. Car, à une époque où tous les secteurs d’activité innovent, le travail collaboratif est plus que jamais d’actualité !

Partagez cet article

Déposez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.